La maison  municipale de Prague

                                                       

Historique

Étude des édifices antérieurs

Déjà, l’emplacement choisi a une fonction symbolique. En effet, la maison municipale sera construite sur l’emplacement de l’Ancien Palais Royal, en plein centre de Prague. Cet Ancien Palais était la résidence des rois de Bohème, de 1383 à 1485, puis il a été abandonné pour servir de séminaire ainsi que de collège militaire.

Ainsi, on ne rase pas ce qui reste des fortifications du XIII° siècle. On laisse ériger une tour, appelée la Tour Poudrière. Cette tour est un autre symbole historique: sa présence devra être prise en compte dans l’élaboration du plan de la maison. En effet, on verra que les architectes élaboreront un petit pont de type néo-gothique afin de relier cette Tour au complexe de la maison municipale.

Le contexte historique:

A la fin du XIX° siècle et au début du XX° siècle, on constate le développement d’une libre expression en République Tchèque. C’est l’apparition de nouveaux courants artistiques et architecturaux, dont un connu, celui de la « Secese », ou plus simplement appelé l’art de la Sécession.  Cet art est considéré comme la branche Tchèque du courant Art Nouveau.

La date de fondation de cette libre expression est 1898.

On constate plusieurs particularités qui distinguent la branche Tchèque de ses influences Viennoises ou Parisiennes. En effet, dans cet art de la libre expression, c’est surtout un mélange de modernisme et de tradition qui domine. La nouvelle architecture ne marque pas de contraste violent avec les vieux immeubles de la ville de Prague. Au contraire, elle s’insinue de manière discrète, délicate et harmonieuse.

Le mouvement de la Libre Expression est un mouvement accepté par le pouvoir. Ainsi, l’Art Nouveau Tchèque sera grandement utilisé dans la construction de bâtiments officiels, tels que le Théâtre National, l’Hôtel de ville, etc…

L’Art Nouveau devient alors le langage par lequel l’autorité de la ville confie le soin de se mettre en valeur.

En effet, la Maison Municipale est conçue pour être une représentation digne de la culture Tchèque. C’est un énorme complexe culturel censé recevoir la visite aussi bien d’intellectuels et de bourgeois que de membres de la classe ouvrière.

* PRISE EN COMPTE DU MAITRE D OEUVRE ET D OUVRAGE*

Les architectes:

Antonin BALSANEK

Il est né en 1865 en république tchèque. Architecte et dessinateur, il a voyagé en Allemagne et en Italie, a conçu des édifices de style historiciste tardif et de style Art Nouveau. Auteur du Musée de Prague, du nouveau pont près du théatre National et de projets d'urbanisme. La Maison Municipale est son plus vaste projet et il a 40 ans lorsque les travaux démarrent en 1905. Il meurt vingt ans plus tard, en 1924.

Osvald POLIVKA

Il est né en 1859 à Enns, a suivi des cours à l'école Polytechnique de Prague. Il travaille pendant un certain temps avec l'architecte Achille WOLF et en 1899, il devient l'assistant du professeur ZITEK à l'école Polytechnique. Il a lui aussi produit des oeuvres de style historiciste tardif, et Art Nouveau, mais aussi néo-baroque. A la fin de sa carrière il reviendra à des formes plus classiques.

Considéré comme l'architecte le plus entreprenant et par conséquent le mieux susceptible de s'adapter à ce projet. Dans les années 1880 il est parvenu à donner à certains de ses bâtiments un ton particulier en partant de l'historicisme tardif, par exemple la banque de ZEMSKA.

Il bénéficie d'un statut privilégié depuis qu'il est devenu dans les faits sinon en titre l'architecte officiel de Prague. Il reçoit aussi les commandes les plus prestigieuses des banques, des caisses d'épargne, et des compagnies d'assurance. En même temps il ne dédaigne pas travailler sur de nombreux projets pour des entreprises immobilières. Entre 1900 et 1903, il élabore les projets d'une série d'immeubles où il propose à côté d'un vocabulaire néo-baroque toujours à la mode, un décor Art nouveau de type floral, lyrique même pourrait-on dire.

Polivka tiendra beaucoup à collaborer avec de nombreux artistes et à donner une vive décoration à ses bâtiments. On retrouve cette volonté dans la Maison municipale, où la décoration est plus que riche, et où les collaborateurs furent variés et nombreux.

DESCRIPTION

Etat actuel, situation

La Maison se situe dans la vieille ville, et la façade principale donne place de la République, à l'intersection avec la rue Na Prikope.

Elle est voisine d'une tour remarquable, comme dit précedemment, avec laquelle elle offre un fort contraste architectural. Cette Tour fut prise en compte dans les plans de construction de la Maison.

Composition d'ensemble

Il s'agit d'un bâtiment complexe et ambitieux, comme vous allez le voir; on y compte 26 espaces principaux différents, chiffre qui s'élève à 28 avec les aménagements ultérieurs qui sont en fait des réaménagements.

Le plan compose un ensemble triangulé, qui épouse la forme de la parcelle de terrain.

(cf.plan et diapo)

Cet ensemble est constitué de multiples salles diverses qui s'articulent d'une façon faussement régulière autour d'un espace central.

Cette dissymétrie s'adapte en réalité aux exigences du programme, et chaque salle, salon ou restaurant possède sa forme propre. L'entrée monumentale dans l'axe principal y est pour beaucoup dans l'aspect théatral du bâtiment. Elle permet d'accéder depuis la place de la Republique au grand hall d'entrée surmonté d'une coupole et à l'escalier monumental du rez-de-chaussée (ces parties étant d'ailleurs les seules accessibles gratuitement au public aujourdhui). On trouve également à ce niveau le Café, et le restaurant français (il y a de nombreux espaces consacrés à la restauration dans cet édifice).

Au sous-sol, se trouvent également un hall( tous les étages en ont un), un bar à vin, un bar américain, le restaurant pilsen, et l'escalier evidemment...

Entre le rdc et le premier étage, on trouve une sorte d'entresol, espace intermédiaire où se situent le vestiaire central, et les salles de jeux et de billard.

Au premier étage, on trouve la salle de concert Smetana (1 sur le plan), qui constitue l'élément principal du complexe, avec les salons qui ont une importance majeure également. Il s'agit principalement du salon du maire (5), du salon Palacky ( 4), du salon Sladkovsky (7), du salon Riegr (6) , du salon Gregr (3), du salon oriental (8), appelé aussi salon serbe, enfin le salon Nemcova, salons que nous n'étudierons pas dans le détail pour tous car ils sont si riches de décors et de détails qu'on pourrait y passer des heures.

On retrouve l'escalier principal (en 2 sur le plan) et l'entrée d'où partent les longs corridors qui entourent la salle de concert. Enfin, des salles de dîners et des salles adjointes complètent l'étage, avec en sus, une patisserie-confiserie(9), chose étonnante mais si agréable!

Sur la mezzanine on trouve le club Tchèque, club privé qui réunit hommes politiques et hommes d'affaires.

Au 2e étage, on trouve, enfin, des salles d'expositions.

Pour finir, deux mots sur les constructions ultérieures dont on vous parlait precedemment. Il s'agit de l'appartement du chef d'orchestre, et du centre d'information et de culture construit sous le vestiaire qui sert de boutique et de café moderne.

Enfin un mot sur les aspects techniques de ce bâtiment qui sont à plusieurs titres exceptionnels.

La Maison est équipée d'une station de transformation électrique, d'une station d'accumulation d'énergie, du chauffage central et de la climatisation. Il faut bien entendu replaçer ces élements dans le contexte du 20e siècle pour en apprécier toute la valeur.

On a aussi des élévateurs hydrauliques et électriques, un dispositif de dépoussiérage, une buanderie à vapeur et une salle de nettoyage des bouteilles. Ajoutez à cela le réseau de téléphone intérieur et de communication postale. On voit donc le haut niveau de technicité mis en oeuvre dans l'édifice.

Enfin l'éclairage est particulièrement soigné grâce à l'ingénieur Kruzik qui y apporta un soin tout particulier.

Ces deux architectes sont donc d'influence quelque peu diverse, d'où le foisonnement des genres que l'on peut admirer dans la Maison. Ce mélange se fait sur le plan architectural mais aussi sur d'autres plans artistiques comme les matériaux utilisés et notamment pour la décoration intérieure.
En effet, il ne faut pas oublier qu'en plus de ces deux figures principales, il n'y eut pas moins de 24 personnalités (sculpteurs, peintres et un ingénieur-inventeur) qui se sont associés et chacun d'eux se caractérise par un style différent, d'où l'étonnante hétérogéneité de cette maison,qui n'en gache pas la splendeur bien au contraire.

Dans la catégorie des sculpteurs qui ont oeuvré dans cet édifice, on trouve:

Bohumil KAFKA, Joseph KALVODA, Ladislas KOFRANEK, Antonin MARA, Joseph PEKAREK, Joseph MARATKA, Joseph Vaclav MYSLBECK, Karel NOVAK, Frantisek ROUS, Ladislas Jan SALOUN, Joseph SEJNOST, Antonin STRUNC, Frantisek UPKA, Cenek VOSMIK et Augustin ZOULA.

Jakob OBROVSKY est peintre et sculpteur.

Les peintres sont Mikolas ALES, Alfons MUCHA, Jan PRESLER, Karel SPILLAR, Max SVABINSKY, Joseph WENIG et Frantisek ZENISEK.

L'ingénieur se nomme Frantisek KRIZIK.

Aujourdhui:

L'édifice a été rénové entièrement rénové entre 1994 et 1997, et les principales fonctions des salles, salons et expositions ont été restaurées, et la Maison est devenue un lieu important de la vie sociale et culturelle de la capitale, en même temps qu'un lieu historique et artistique, ainsi que patriote. Par exemple, c'est là qu'est organisé chaque année le célèbre Festival de musique du Printemps de Prague.

Contexte lors de la construction de l'édifice.

La maison municipale est représentative de la modernité classique que l'on retrouve dans l'art nouveau chef de la libre expression. La construction de l'édifice est née de la volonté des citoyens de Prague bénéficie d'un grand centre culturel au cœur de la ville.

C'est un bâtiment qui pourrait permettre l'expression de différents groupes d'artistes aussi bien peintres, que sculpteur, est-il à cette époque promet d'influence.

Historique de la construction de l'édifice.

Un concours d'architectes est organisé en 1903. Le projet est une maison de la culture tchèque qui prendra la place de la maison allemande et du casino au centre-ville.

Trois projets sont retenus mais aucun ne se départage. Enfin, après un second tour, le conseil de la ville retient deux des architectes du concours :

Antonin Balsanek  et Osvald Polivka.

Ils ont désigné maître d'œuvre le 14 août 1903. Le projet définitif est adopté le 10 décembre 1904. Les travaux débutent au début de l'année 1905.

L'ensemble est inauguré en 1912 après sept ans de travaux.

Le coup de départ des travaux était de 13 millions de couronnes, mais finalement la facture sera doublée.

Cette construction se veut être une œuvre collective de différents artistes tchèques. Certains espaces de la maison fonctionnent dès 1909.

Description

Les matériaux:

Pour le gros œuvre, les principaux matériaux utilisés sont bien évidemment la pierre, tel que le gré, mais aussi quelques éléments de ferronnerie.

C’est le second œuvre de cet édifice qu’il est plus intéressant d’étudier. On a l’utilisation d’un grand nombre de matériaux pour le second œuvre de l’édifice, et surtout pour la décoration de ce complexe. On trouve des décorations principalement de stuc, pour les sculptures notamment, mais certains reliefs sont en bronze, en pierre artificielle ou même en gré.

A l’extérieur, la décoration est faite d’éléments de ferronnerie, parfois munis d’or et de peinture. D’autres éléments sont en fer forgé, comme des détails de balcons ou de marquise. A l’intérieur, on trouve des luminaires en cuivre ou en verre opaque.

Les sols sont faits de marbres ou de mosaïques, comme pour les escaliers principaux de la maison municipale ou encore le vestibule d’entrée, revêtu de mosaïques. Les murs, quant à eux, sont revêtus de bois, de boiseries, d’acajou notamment pour les cloisons faisant les articulations entre les différentes pièces du complexe, voire même de lambris.

De nombreux éléments métalliques sont aussi discernables à l’intérieur de la maison municipale, notamment sur les balustrades des escaliers ou même les portes manteau.

Certains murs sont revêtus de miroirs, de céramiques, de vitraux aussi, aux murs, aux plafonds et aux fenêtres.  Enfin, certains piliers de la maison municipale ont un revêtement spécial de céramique noir.

Ainsi, on distingue que dans ce complexe, de nombreux matériaux sont utilisés, notamment pour le second œuvre et pour les détails de décoration.

La structure du complexe, les élévations et le problème de couverture:

Le complexe es composé d’un seul bâtiment, de forme massive et compacte, formant un triangle irrégulier, épousant la forme de la parcelle. Sa superficie est de 4214 m².

On observe deux étages dans ce bâtiment les fenêtres sont alignées et nombreuses, prouvant que  les architectes ont longuement réfléchis sur le problème de l’éclairage et surtout de la lumière.

L’ensemble du bâtiment  extérieur possède une architectonique  remarquable. Sa décoration aussi ne passe pas inaperçue:

On distingue sur les façades extérieures du bâtiment, des œuvres sculpturales monumentales, ainsi qu’une ensemble de têtes sculptées allégoriques en stuc, placés dans les macarons se trouvant dans les quinze niches des fenêtres cintrées alignées des ailes du bâtiment Ces têtes sculptées ont été faite par le sculpteur notable Karel Novak.

Ces têtes sculptées sont des symboles nationaux culturels. Les travaux de stuc faits sur les façades latérales, ainsi que les travaux en pierre artificielle et les décors végétaux typiquement art nouveau, prouvent une collaboration totale entre les différents artistes, peintres, sculpteurs et architectes.

La toiture est définie par une coupole, une sorte de grand dôme placé au dessus de l’entrée circulaire. Cette coupole est métallique et possède des décors de dorures et de verrerie.

L’entrée principale de la maison municipale est protégée par une marquise. Le toit possède des décorations  en stuc ou en pierre artificielle. Ces décorations sont riches en couleurs et patinées, débordant sur les murs extérieurs de la maison municipale. Sur le toit, on distingue d’autres décorations en cuivre, en zinc voire même en titane zinc.

Étude de la distribution intérieure:

L’ENTREE:

L’entrée de ma maison municipale est d’une forme incurvée, concave. Des vitraux bordent cet édicule, et comme dit précédemment elle est surmontée d’une marquise et d’un balcon, s’ouvrant au premier étage du complexe. Le balcon est composé de motifs floraux. Le tout est surmonté d’une mosaïque, en forme semi-circulaire, formé en tympan, faite par Karel Spillar. Cette mosaïque est appelée « l’Apothéose de Prague ». Elle est accompagnée d’une inscription disant: « Salut Prague! Résiste au mauvais temps comme tu ‘es défendue contre tout orage! »

Lorsque l’on rentre dans la maison municipale, par cette entrée, donc, on pénètre dans une salle circulaire qui est le Hall d’entrée.

LE RESTAURANT FRANCAIS:

Celui-ci se trouve directement sur la droite du Hall d’entrée. Il est donc au rez-de-chaussée. On y entre par une porte composée d’élégants panneaux de vitraux.

Le restaurant français est en fait un grand et large rectangle, prenant toute la partie Nord de la maison municipale. Il est donc composé d’une salle typique de restaurant, c’est-à-dire avec des chaises et des tables alignées, et à l’extrémité de celui-ci se trouve un salon légèrement en surélévation par rapport à la pièce principale. Il a été conservé dans sa forme originale depuis qu’il a été construit.

Un mur entier du restaurant est vitré, composé de baies, et donne vue sur la grande place.

Le restaurant est aussi composé d’un balcon spacieux. Il est également composé d’un vestibule, juste après l’entrée du restaurant. Ce vestibule est revêtu de marbre et d’un sol ornementé de mosaïque, exécuté par un artiste nommé Petrucci. La pièce principale est extrêmement lumineuse, et ce grâce aux immenses baies, mais aussi grâce a la lumière artificielle des nombreux lustres accrochés dans la salle de restaurant.

La décoration générale de la salle est faite majoritairement en stuc, par Kraumann et son atelier. Les murs quant à eux, sont revêtus de boiseries.

Le plafond du restaurant est plat et compartimenté. Il est lui aussi revêtu de stuc et possède une décoration de style Art Nouveau: on remarque des éléments principalement géométriques complétés par des motifs botaniques et figuraux.

Les éléments les plus spectaculaires de la salle sont les lustres. Ils sont alignés sur deux rangées dans le restaurant. Ils dominent totalement le plafond et même la salle de restaurant toute entière grâce a leur suspension relativement basse. Lorsque ceux-ci sont allumés, le restaurant est d’une lumière éclatante.

Il faut préciser que les problèmes d’éclairage sont extrêmement soignés dans la maison municipale, et en particulier dans cette salle, que ce soit a propos de l’éclairage naturel ou l’éclairage artificiel.

L’ensemble de l’éclairage du complexe a été étudié par l’artiste Anyz.

Les lustres du restaurant ont été restaurés et complétés selon la documentation historique. De nouveaux luminaires ont été fabriqués selon l’exemple des lampes d’origine et ont été accrochés devant les grandes baies.

L’élément métallique le plus détaillé de cette pièce est une horloge. Celle-ci est accrochée au niveau du passage, entre le salon et la pièce principale.

La structure décorative de l’horloge est complétée par d’autres décorations autour, tels que des sculptures ou encore des pièces en verre coloré.

On comprend dont qu’il y a une réelle réflexion sur l’harmonie et la polychromie générale de la pièce et que chaque détail est réfléchi par les nombreux artistes travaillant sur la décoration du restaurant.

De la même manière, les chaises du restaurants français sont les mêmes que celles utilisées dans le salon Sladkovsky. Ces chaises, à l’époque, n’était pas très confortables car elles n’avaient pas de  rembourrage. Aujourd’hui, pour plus de confort, ces chaises ont été rembourrées et sont revêtues de cuir.

Un bar est présent dans le restaurant Il est décoré lui aussi de reliefs typiquement Art Nouveau et la partie haute du bar est décorée de motifs figuraux en vitrail.

Le sol est couvert de linoléum, comme dans une grande majorité des pièces de la maison municipale. Aujourd’hui, l’utilisation de ce matériau ne parait pas très luxueux, mais en 1900, ce matériau était une nouveauté intéressante. Aujourd’hui, toujours pour une question de confort mais aussi pour approfondir le sentiment de luxe, des tapis ont été mis en place dans le restaurant.

Le salon surelevé, à l’extrémité du restaurant est richement décoré de peintures et de médaillons ovales dorés. Le papier peint d’origine a été conservé, mais il a été restauré.

La décoration de peintures dans cette pièce est très abondante. De nombreux tableaux allégoriques sont présents, faits principalement par le peintre Wenig.

Ainsi, le restaurant français est typique du prestige, de la haute qualité du style Art Nouveau de Prague. Il est en harmonie avec l’architecture extérieure de la maison municipale et son aspect exceptionnel est dû aux décorations nombreuses, notamment les luminaires, les lustres, placés directement au devant des grandes fenêtres du restaurant, illuminant de ce fait l’intérieur du restaurant d’une part, et l’extérieur de la maison municipale d’autre part.

LE RESTAURANT PILSEN

Ce restaurant se trouve au sous-sol de la maison municipale, juste en dessous du restaurant français, donc lui aussi prenant une partie de l’aile nord du complexe.

Cette pièce était primitivement appelé « restaurant Folk », car les architectes avaient voulu créer une grande brasserie de type folk, composés de motifs du même style.

La pièce principale est rectangulaire et voûtée. Les décorations sur les murs sont de forme semi-circulaire, en lunette. Le restaurant est lui aussi, comme le restaurant français, très lumineux. Il est relativement bien éclairé, grâce aux fenêtres cintrées, toutes dotées de vitraux. La couleur jaune est majoritairement utilisée pour les vitraux, ce qui donne l’impression que la pièce est constamment illuminée par une lumière électrique.

La partie haute des murs est revêtue de céramique bleutée, tandis que la partie basse est revêtue de boiseries avec quelques ornements colorés.

L’entrée dans le restaurant se fait par une porte battante vitrée, composée donc de vitraux.

Ce restaurant est décoré de trois tableaux du peintre OBROVSKY. Ces tableaux sont réalisés en mosaïque de céramique.

L’équipement original de la pièce, dont l’auteur est SADILEK a été gravement endommagé. Ainsi, il a fallut  le restauré et le complété par des répliques, cloisons, fenêtres tables et chaises comprises.

Mêmes les luminaires et les pendules furent réalisés d’après la documentation historique de l’époque. Seuls les revêtements en céramique et les vitraux des fenêtres furent conservés.

Le restaurant Pilsen est la seule pièce de la maison municipale qui ne comporte pas de penderie: les visiteurs se doivent alors de poser leurs vêtements sur les dossiers des chaises, sur les bancs,  ce qui contribue a donner une atmosphère et une ambiance folk au restaurant.

Les escaliers

L'escalier principal est une annexe au hall d'entrée. Il est spacieux, monumental et possède trois distributions dans la pièce centrale. Cela permet donc un accès facile eau salée et salon de l'étage du dessus.

L'escalier central est en effet le point central de l'édifice avec la salle Smetana. C'est escalier été en marbre de Carrare, et est décoré de balustrade en marbre de Slivenec.

C'est escalier mène de la mezzanine aux étages supérieurs. Il est décoré de stuc et de luminaires originaux.

L'escalier est complété par un ascenseur entouré de gris, de vitraux et de miroirs décoratifs.

En outre, différentes colonnes monumentale orne cet escalier. 

Aujourd'hui, une nouvelle entrée a été ajoutée et mène vers un espace spacieux et moderne depuis la rénovation de 1997. 


La salle des maires

C'est une pièce circulaire située au-dessus de l'entrée. C'est la pièce qui a une vue privilégiée.

En effet elle possède un balcon qui donne sur l'entrée.

La salle des maires est décorée par Alfons Mucha qui était à peintre connu. Il aurait désiré décorer l’intégralité du bâtiment, mais il était moins populaire à l'époque.

La peinture du plafond représente la fraternité des Slaves, avec un nègre au milieu et entouré de huit pendentifs représentant des personnages de l'histoire tchèque.

Toute la décoration de la salle a été dirigée par vous Mucha, qui a notamment porté son attention sur le mobilier, l'éclairage artificiel et les rideaux.

Toute la décoration a été pensée, jusqu'aux deux panneaux décoratifs encastrés dans les coûts pour radiateurs, et représentant des copies de peinture de Much


La salle Smetana

Son nom a été donné en l'honneur du musicien Bedrich Smetana.

Cette salle occupe toute la partie centrale du bâtiment en pénétrant sur plusieurs niveaux. On remarque immédiatement son côté spacieux et sa voûte spectaculaire.

Cette salle fut conçue pour être polyvalente. Elle fut équipée d'une estrade pour les deux côtés sont décorés de groupes de sculptures.

La salle comporte deux niveaux de balcon décoré de stuc du compositeur tchèque. 

La salle dispose d'un revêtement original, de vitraux ont plafond qui en fait une salle très lumineuse donnant aux visiteurs l'impression d'être dans une soucoupe.

En outre, la salle est pourvue d’orgues dominants toute la salle est ornée de relief rond en bronze doré.

De plus, elle possède une table de jeu s'il entrait dans la commission des musées nationaux et depuis une nouvelle table électronique début de remplacer l'ancienne.

La décoration fut très soignée de riches tentures, de rideaux originaux entourant les loges, les fenêtres et les portes.

                     

La partie centrale de la pièce possède un dôme circulaire en pendentifs supportés par de longs piliers massifs. Ce dôme est composé de panneaux de verres et de vitrail. Cette décoration est faite par Aloïs Cada et Rudolf Simunek.

Presque un siècle après sa construction, cette salle accueille toujours de nombreux spectacles et notamment le plus célèbre au printemps, printemps de Prague.

Notes de synthèse

Cette maison est donc l'un des monuments les plus prestigieux de Prague et elle est le résultat d'un travail collectif, plutôt que de la volonté d'un seul homme.

Bien sûr, cet édifice tint une place importante dans la carrière des 2 architectes principaux, qui bien que d'influence diverse, surent unir leurs talents afin d'offrir à la ville le monument qu'elle méritait, en fusionnant néo-classicisme, néo-baroque et art nouveau pour en faire un bâtiment unique.

Néanmoins, elle est également importante pour tous les autres artistes qui ont travaillé conjointement à son élaboration, et ont apporté par leur touche personnelle, quelque chose d'inimitable à cet édifice, notamment en matière de décoration. La collaboration de ces nombreux artistes est d'autant plus remarquable qu'elle a eu lieu malgré le faible financement qui leur a été proposé.

C'est une oeuvre collective dans tous les sens du terme.

En effet il ne faut pas oublier qu'elle est née également de la volonté des citoyens de Prague qui désiraient un nouveau centre culturel et social au coeur de leur ville, qui fut à la fois un abri pour tous les nouveaux mouvements artistiques, et un symbole de la grandeur de la république tchèque et de la liberté.

Enfin, cet édifice constitue le plus bel exemple de l'art nouveau tchèque et de ses spécificités (à savoir, symboles nationaux, ideal égalitaire du service public...) et il est reconnu aujourdhui comme un édifice grandiose, “un bijou de l'art nouveau”, de par ses qualités originales et exceptionnelles, et ceci malgré les vives critiques qu'il a subi avant même la fin de sa construction, par les jeunes générations surtout, la relève de l'art nouveau...

Pour finir, il est important de rappeler que cette Maison municipale marque un grand moment dans l'histoire de la ville de Prague , et qu'elle se rattache à de nombreux épisodes historiques et symboliques, mémoire de la ville, en quelque sorte.

On peut donc parler de bâtiment-manifeste, manifeste art nouveau et manifeste symbolique. Pour ce dernier point, on peut conclure en citant quelques passages de la plaque de bronze située à l'angle face à la tour Poudrière, qui témoigne de cette place de premier plan occupée par le bâtiment:

“Ce bâtiment, la Maison Municipale de la Capitale Prague, fut consacré par la Révolution Tchèque.

Ici, dans le Hall Gregr, la déclaration de toutes les députations des nations fut approuvée le 6 juin 1918.

Ici, dans le Hall Smetana, le glorieux serment de la nation fut engagé le 13 avril 1918.

(...)

Ici, les premières lois de la République furent votées.

Peuple tchécoslovaque, toi qui traverse ce bâtiment, souviens-toi pour toujours de la grande révolution, et des devoirs solennels pour ta liberté.”

* * *